En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

De clou à clou

Des poupées au collège

Par NATHALIE GENAY, publié le mardi 1 avril 2014 13:23 - Mis à jour le vendredi 4 avril 2014 16:41

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Pour les classes de 602 et 604, comprenant 27 et 28 élèves, nous avons travaillé sur la mise en scéne de la ou des poupées apportées.

            Sur une séance, la technique photographique rappelant le choix du format, le cadrage et la netteté de la prise de vue fut le début du cours. La photo qui avait pour contrainte la mise en scéne devait se faire dans un espace en relation avec l'objet poupée. Ils devaient travaillé par équipe de deux, à l'intérieur ou extérieur du collège, en autonomie.  

            C'est ainsi qu'ils se sont mis d'accord sur l'idée de la photo en allant repérer les lieux, qu'ils ont pris un appareil photo parmi ceux fournis, qu'ils ont pris leur photo, qu'on a corrigé au fur et à mesure les productions afin qu'ils puissent s'auto-corriger si besoin en refaisant la prise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          Nous avons pris une séance de plus pour décrire et analyser l'oeuvre de Heske, puis expliquer la relation entre le titre et l'oeuvre. Notre travail final fut de mettre un titre à notre photo en sachant que trois titres étaient proposés: en relation avec l'image pour accentuer l'idée, sans titre afin que le spectateur se fasse sa propre idée et un titre humoristique.

En piéces jointes, les photos et une page de cartels.

         Nous avons fini le projet par la visite des deux lieux d'exposition du collège comme notre mur d'expo adapté avec un fond blanc et des cimaises pour finir par les grilles d'accrochage dans le hall. Voir article la poupée de marianne Heske en volume.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         A la différence, l'exposition du hall était réalisée à des fins pédagogiques. Il s'agissait de comparer les deux lieux. Ainsi, j'avais mis des cadres différents, des cartels à côté ou dans le cadre, des photos collées les unes aux autres  ou espacées. Les défauts furent vite reconnus par les classes.

         Nous avons ensuite visité notre un pourcent culturel qui au collège de la Montagne Noire a été réalisé par le photographe Garnell. Les oeuvres sont visibles dans l'établissement en circulant dans les couloirs mais pas toujours mises en évidence.

 

Pièces jointes